Je vous trouve, ma chère belle, en plein carnaval

Je vous trouve, ma chère belle, en plein carnaval vous faites de petits soupers particuliers de dix-huit ou vingt femmes je connois cette vie et la grande dépense que vous faites à Aix mais il me paroit qu’au milieu de votre bruit vous vous reposez fort bien. On dit quelquefois « Je me veux réjouir pour mon argent; » mais vous dites, ce me semble « Je me veux reposer pour mon argent; » reposez-vous donc, ayez au moins cela de bon. Je suis un peu étonnée que l’air du menuet ne vous donne pas la moindre tentation quoi! pas une seule agitation dans les jambes? pas un petit mouvement dans les épaules? quoi! rien du tout? Mon enfant, cela n’est pas naturel je ne vous ai jamais vue immobile dans ces occasions et si je voulois tirer les conséquences ordinaires, je vous croirois plus malade que vous ne dites.

 Extrait de lettre de Madame de Sévigné à Madame de Grignan

Publicités

6 réflexions sur “Je vous trouve, ma chère belle, en plein carnaval

  1. Charmant carnaval costumé…
    Oui, les nuages nous annoncent le retour de la Denrée ….
    Il revient faire provision de soupe aux choux …. MDR …
    Amitiés. Hervé

  2. jolis costumes, la tradition du carnaval ! dommage que cela ne soit plus dans certaines régions, moi j’en avais vu en alsace, oui, c »etait magnifique,
    bises

  3. heureux anni à ta tite soeur Maurti !!!
    oui que de « Poissons  » sur les blogs,
    sans oublier les « verseaux » biensur !!!

    oui, sommes en plein dans le carnaval là !!!
    j’ai passé une très bonne soirée devant celui de Constance hier soir !!!
    quelle ambiance !!!
    gros bisous et bonne journée !!!

  4. Grignan (Françoise Marguerite de Sévigné, comtesse de). – Fille de Mme de Sévigné, née en 1648, à Paris, morte en 1705, était l’idole de sa mère. Elle épousa en 1669 Fr. Adhémar de Monteil, comte de Grignan, lieutenant général de Provence, et fut pendant de longues années éloignée de sa famille : cette séparation donna lieu à la célèbre correspondance de Mme de Sévigné. On n’a de Mme de Grignan que quelques lettres, qui se trouvent parmi celles de sa mère et qui sont loin de les égaler
    Bon mercredi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :